Rechercher sur le Site

Rythmes scolaires : communiqué du SNUDI FO, CGT Educ’Action, Sud Education
Publié le 12 décembre 2017
Communiqué intersyndical Rythmes scolaires Gennevilliers

Communiqué des sections syndicales de Gennevilliers
CGT Educ’Action, SNUDI-FO et SUD-Education

La question de l’organisation de la semaine scolaire est de nouveau à l’ordre du jour à Gennevilliers. Le décret Blanquer autorise le passage à 4 jours (dérogation demandée aux DASEN), même si la philosophie générale du décret est la poursuite et l’amplification de la territorialisation de l’école.
La municipalité de Gennevilliers se lance dans une opération géante de propagande pour valider son dispositif en place depuis septembre 2014, nous rappelons que le décret est le seul cadre légal et donc, que la pseudo consultation organisée par la mairie n’a absolument aucune valeur et ne sera pas prise en compte par la DASEN.

Nos organisations, CGT Educ’Action 92, Sud Education 92 et SNUDI FO 92 rappellent leur revendication d’abrogation de la réforme dite des rythmes scolaires, soit des décrets Peillon-Hamon et Blanquer. Cette réforme des rythmes a valu une des plus longues grèves d’enseignants dans le département en 2013, grève proposée ou accompagnée par nos trois syndicats et par eux seuls.

Par ailleurs, nous rappelons également que nous avons mené le combat lors des votes des conseils d’école en juin 2014 ; et ce dans un climat délétère face à une municipalité arc-boutée sur son idée et multipliant les pressions dont l’apogée fut atteinte lors du dernier conseil d’école, celui de Langevin A où, pendant des heures, le maire tenta d’empêcher le mode de vote choisi par l’équipe enseignante. A cette occasion, la municipalité a même suscité des votes d’écoles maternelles, non alors concernées par les TAP afin de faire approuver le projet, devant l’opposition tenace des collègues d’élémentaire qui furent appuyés par d’autres écoles maternelles. Au final, la courte majorité qu’obtint au forceps la municipalité (7 écoles pour et 5 contre) ne pouvait donner une légitimité à son dispositif.
Tout ce que nous avions prévu et dénoncé à l’époque s’est avéré : la mairie a capté des compétences propres à l’Ecole dans ses TAP. Le résultat annoncé à l’avance est net : moins de piscine, moins de gymnase, moins de bibliothèque, plus d’animateurs sportifs, pratiquement plus de conservatoire, moins de cinéma pour les écoles !!!
Aujourd’hui, la mairie de Gennevilliers vante ses TAP en « oubliant » complètement et sciemment que toutes ces activités décrites existaient avant, mais dans le cadre de l’Ecole.
Nous nous félicitons que des collègues et des organisations qui n’avaient pas fait ce choix en 2014 rejoignent la lutte contre les TAP, qui s’inscrit totalement dans la poursuite de la lutte pour l’abrogation des décrets Peillon, Hamon et Blanquer.

Nous voulons enfin alerter les collègues : la valeur d’un piège réside dans la qualité du leurre... La focalisation sur la « consultation de la mairie » sans valeur juridique est un leurre parce que, pendant ce temps, tous les conseils d’école ne se sont pas encore prononcés ; or il n’existe qu’un seul impératif légal : que la majorité des conseils d’école se prononcent pour le retour à la semaine des quatre jours, avec d’autant plus de poids, si tous sont consultés.

Nous invitons donc les collègues dont les conseils d’école ne se sont pas prononcés à organiser le plus rapidement possible un vote.

Si la mairie multiplie les sollicitations des anciens, des associations, c’est bien entendu pour « gagner » sa « consultation », mais c’est aussi pour occuper l’esprit de toutes et tous sur ce seul événement en nous faisant oublier l’essentiel : tous les conseils d’école doivent être consultés…

cale




Documents Liés
Communiqué intersyndical Rythmes scolaires Gennevilliers
PDF - 96.9 ko
Contactez-nous

SNUDI-FO des Hauts-de-Seine
Maison des Syndicats - 14 rue Paul Bert - 92130 Issy-les-Moulineaux

01 41 90 88 93
06 47 48 76 91

snudi-fo92@orange.fr


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo