Rechercher sur le Site

Résolution de l’Assemblée générale des adhérents du SNUDI FO 92
Publié le 21 janvier 2018

Résolution
votée à l’unanimité lors de
l’Assemblée Générale des syndiqués du SNUDI FO 92 le 17 janvier 2018

Bien que confronté à un rejet massif de sa politique, le gouvernement Philippe entend appliquer dans tous les secteurs ses plans de régression pour répondre aux exigences du FMI et de l’Union européenne des 3% de déficit public maximum.

La Fonction publique est la première visée : 120 000 suppressions de postes, rétablissement du jour de carence, non-compensation de la hausse de la CSG, gel du point d’indice, non-renouvellement de 150 000 contrats aidés CUI/CAE entre septembre et décembre, privatisations (Air France, Engie, FDJ etc…), projet de remise en cause du régime de retraites des fonctionnaires. C’est tout le service public qui est en danger, c’est tout le service public qu’il faut défendre.

Dans l’Éducation nationale et dans l’Enseignement supérieur et la Recherche, les ministres actuels confirment et aggravent l’ensemble des mesures de leurs prédécesseurs (réforme des rythmes scolaires, réforme du collège…) pour territorialiser l’école, dynamiter le cadre national du calendrier scolaire, des horaires, des programmes, des diplômes. Dans le même temps, ils projettent de liquider le baccalauréat à la fois comme diplôme national de fin d’études secondaires et comme premier grade universitaire et prétendent instaurer la sélection à l’entrée des universités.

La future « Admission Post Bac » 2018 devra faire des « propositions personnalisées » pour opérer un tri selon le « profil du lycéen ». C’est la raison pour laquelle le gouvernement entend individualiser les parcours en lycée. Le gouvernement a déjà fait part de son intention d’introduire une part importante de contrôle continu dans le baccalauréat, ce qui veut dire en finir avec le baccalauréat comme diplôme national, reposant sur des épreuves nationales, terminales, ponctuelles et anonymes.

Avec la FNEC FP-FO, le SNFOLC, le CN du SNUDI-FO, le SNUDI FO 92 se prononce pour le maintien du Baccalauréat, diplôme national, premier grade universitaire, clé de voûte de tout l’édifice Éducation nationale et l’un des derniers remparts à la territorialisation des programmes de la maternelle à la terminale.

A l’annonce de la tenue d’Assises sur le devenir de l’école maternelle en mars 2018, le SNUDI FO 92 réaffirme sa revendication : l’école maternelle doit rester publique au sein de l’Ecole de la République.

• Défense de l’Education nationale : non à la territorialisation, pas touche au statut !

o Rythmes scolaires

La publication du décret n°2017-1108 du 27 juin du Ministre Blanquer n’a fait qu’aggraver la déréglementation des rythmes scolaires, car il permet désormais aux Maires d’organiser le temps scolaire et de remettre en cause les 36 semaines annuelles de classe. Si ce décret ne signifiait pas le retour automatique à la semaine de 4 jours, et accentuait davantage la territorialisation de l’école, force est de constater que partout les collègues se sont mobilisés pour obtenir le retour à un cadre national de 4 jours hebdomadaires.

Le SNUDI FO 92 remarque que la plupart des communes du département reviennent au même rythme à partir de la rentrée 2018 : 4 jours sur 36 semaines, comme 44% des communes de la rentrée 2017.

Le SNUDI FO 92 s’opposera à toute tentative de remise en cause du calendrier scolaire et continue d’exiger l’abrogation des décrets Peillon, Hamon et Blanquer, ainsi que le retour aux 4 jours sur 36 semaines dans toutes les communes, dans toutes les écoles.

o Défense du statut de fonctionnaire d’Etat

Les Hauts-de-Seine manquent de professeurs des Ecoles. La masterisation de la formation initiale, le coût de la vie trop élevé dans notre département participent entièrement au manque de candidats au concours. Bien loin de résoudre ces difficultés, la direction académique recrute désormais dès le mois de juin plus d’une centaine de contractuels, ayant parfois seulement une licence, pour pouvoir effectuer la rentrée.

Le manque de postes de PE entraîne des conséquences désastreuses pour nos collègues : impossibilité de muter, refus de temps partiel, de disponibilité, réduction et appauvrissement de l’offre de formation continue, affectations provisoires aléatoires… Les jeunes titulaires en pâtissent le plus, puisqu’ils attendent 3 voire 4 ans avant d’obtenir un poste définitif satisfaisant ! Notre statut de fonctionnaire d’Etat est bradé par le recours aux contractuels, pour mieux nous faire accepter toutes ces remises en cause statutaires : c’est inadmissible.

Le SNUDI FO 92 n’accepte ni la remise en cause du statut avec PPCR ni un régime unique de retraite par points. Les professeurs des Ecoles et instituteurs veulent rester fonctionnaires d’Etat, garants d’un service public d’éducation ouvert à tous, gratuit et laïque.

L’inclusion systématique – Défense de l’enseignement et des établissements spécialisés

Saisi à de nombreuses reprises par des collègues accueillant dans leur classe des élèves aux comportements incompatibles avec le fonctionnement ordinaire de l’école, le SNUDI FO 92 réitère son analyse concernant l’école inclusive. L’inclusion systématique est méprisante : à la fois à l’égard des collègues qui connaissent des conditions de travail indignes, pour les élèves ordinaires qui voient leurs conditions d’enseignement mises à mal et pour les élèves en souffrance pareillement inclus au mépris de leur pathologie avérée. En plus de permettre la fermeture d’établissements spécialisés, cette école inclusive signifie seulement que le Ministère cherche à faire de l’école un lieu de garderie impossible et violente plutôt qu’un lieu d’émancipation par une véritable instruction pour tous les élèves.

Le SNUDI FO 92 demande l’abrogation de la loi dite Montchamp de 2005 et le maintien des moyens des établissements spécialisés et de tous les postes spécialisés pour accueillir dignement les élèves.

Le SNUDI FO 92 sera particulièrement vigilant à la dotation carte scolaire dans les établissements spécialisés, qui subissent depuis plusieurs années des suppressions de postes. L’an dernier, 3 postes de PE en internat dans les EREA de Garches et Vaucresson ont été supprimés.

Le SNUDI FO 92 participera à la conférence nationale organisée par la FNEC-FP FO le 28 mars pour dresser l’état des lieux catastrophique de l’inclusion systématique.

Directeurs d’école

Le SNUDI FO 92 réaffirme le décret 89-122 relatif aux directeurs d’école, face à la mise sous tutelle des collectivités locales. Il s’oppose à l’accroissement des tâches administratives et devoirs des directeurs d’école, à l’augmentation de leur temps de présence dans les établissements ainsi qu’à l’accroissement de leur responsabilité.

Le SNUDI FO 92 continue d’exiger le maintien des EVS, et leur titularisation au sein de la Fonction publique.

Carte scolaire des Hauts-de-Seine

En application des volontés présidentielles et au mépris de l’organisation interne des écoles, presque tous les CP dans les REP+ du département ont été dédoublés, sans moyen supplémentaire ! L’an prochain, le dédoublement des CP en REP et des CE1 en REP+ va absorber la quasi-totalité des créations de postes, et va continuer la pratique du « déshabiller Pierre pour habiller Paul ». Les écoles ont besoin de postes classes, de remplaçants, et d’enseignants spécialisés.

Nous revendiquons la création et l’ouverture de toutes les classes nécessaires, l’augmentation du nombre de titulaires-remplaçants et le maintien de la différence entre ZIL de circonscription et Brigade Départementale, le recrutement massif de fonctionnaires stagiaires à commencer par l’ouverture d’une Liste complémentaire accessible aux candidats des autres académies.

• Elections professionnelles – décembre 2018

Pour FO, l’enjeu des élections professionnelles est de porter les revendications des personnels en matière de salaires, de postes et de conditions de travail, en matière de défense des garanties statutaires, du statut général de la Fonction publique et de l’accès au statut pour les non-titulaires.

Il s’agit d’élire dans les Comités Techniques et dans les CAP, des représentants syndicaux dont la préoccupation et le mandat sont de défendre ces revendications et non d’accompagner la politique gouvernementale qui leur tourne le dos.

La première place de Force Ouvrière dans la Fonction publique d’Etat a été confirmée aux élections de 2014.

La FNEC FP FO est restée la première organisation syndicale confédérée dans l’Education nationale, 3e organisation syndicale dans ce ministère.

Le SNUDI FO 92 a gagné un siège en CAPD. Il s’agira en 2018 de conserver notre élue, voire d’en gagner un second !

Les mandats du SNUDI FO 92 sont basés sur l’indépendance syndicale, la défense du Statut et des personnels. Ceux-ci se reconnaissent dans les revendications qui défendent les garanties individuelles et collectives.

Chaque voix compte ! L’Assemblée générale invite tous les adhérents du SNUDI FO 92 à voter FO et à faire voter FO autour d’eux.

cale




Contactez-nous

SNUDI-FO des Hauts-de-Seine
Maison des Syndicats - 14 rue Paul Bert - 92130 Issy-les-Moulineaux

01 41 90 88 93
06 47 48 76 91

snudi-fo92@orange.fr


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo