Rechercher sur le Site

EXEAT : Tous les collègues en ayant fait la demande doivent pouvoir partir !
Publié le 8 juillet 2017

EXEAT : le 92 est toujours un département-prison

Lors de la CAPD du 15 juin, Mme FIS, nouvelle DASEN des Hauts-de-Seine, a annoncé l’ordre du Recteur pour chaque département de l’Académie de Versailles : 10 EXEAT maximum. Devant cette annonce, sans aucune possibilité de négociation ni même de défense de situations particulières, toutes les organisations syndicales ont quitté la salle.

L’intersyndicale (SNUDI-FO, SUD, CGT, SNUipp, et SE-UNSA) de la CAPD 92 a demandé à deux reprises une audience au Recteur sans succès. C’est pourquoi, un rassemblement a eu lieu devant le Rectorat mercredi 5 juillet à 16h, regroupant une trentaine de personnes malgré le calendrier.

Entre temps, Mme Fis lors du Groupe de travail du 4 juillet a annoncé 9 EXEAT supplémentaires, sans toutefois nous indiqué combien de mutations seront réelles, c’est-à-dire avec INEAT.

Le SNUDI FO 92 a participé à ce rassemblement et a pris la parole pour rappeler que le droit à mutation bafoué n’est pas la seule conséquence dramatique du manque de personnels de l’Académie : le droit d’exercer à temps partiel, le droit de prendre une année de disponibilité, le droit à formation, et le droit à être remplacé lors d’un congé sont tous remis en cause. Seules restent nos garanties statutaires de Fonctionnaire d’Etat, et celles du corps de Professeur des Ecoles.

Le chef de cabinet du Recteur a finalement reçu, en présence de Mme Garcia-Gillet (IEN-adjointe 1er degré 92) les organisations syndicales présentes pendant le rassemblement.

L’intersyndicale a rappelé la situation de l’an passé, bloquée à 3 EXEAT pour le 92 ; et a insisté sur le danger pour la vie de nos collègues de ces refus d’EXEAT. Nous avons également déploré le blocage des collègues conjoints de militaires, pour qui, il y a encore peu de temps, la mutation était automatique.
Le chef de cabinet du Recteur nous a répondu que tout cela relève de la problématique du recrutement de titulaires, et que cette question est à l’ordre du jour de chaque comité de direction, chaque semaine. La règle qui a été imposée aux DASEN est de ne pas « arbitrer les situations où les personnels ont les moyens financiers de se mettre en disponibilité », et de « ne pas laisser partir un collègue classé 50 par exemple, si le département ne peut pas faire sortir les 49 collègues avant lui ». Les solutions envisagées par le Rectorat sont des plans d’accompagnement du recrutement, qui commencent à porter leurs fruits selon lui puisque cette année le bilan du CRPE est extrêmement positif (800 collègues ont plus de 14/20 de moyenne).

Pour le Rectorat, l’équation est simple : remplir le concours permettra l’arrêt du recrutement de contractuels et le départ des titulaires.

Pour le SNUDI FO, il est clair que le problème du nombre de candidats au concours serait résolu si l’on revenait à un recrutement à Licence 3, et si l’on revalorisait les salaires et donc le point d’indice.

Le SNUDI FO se bat pour le maintien du statut de Fonctionnaire d’Etat pour les professeurs des Ecoles, et de leur statut particulier.

Le recrutement par concours départemental ne peut être remis en cause, sinon c’est notre statut qui serait attaqué. C’est pourquoi, pour le SNUDI FO, la bataille pour gagner les EXEAT ne peut que rejoindre celle pour maintenir intact notre statut.

cale




Contactez-nous

SNUDI-FO des Hauts-de-Seine
Maison des Syndicats - 14 rue Paul Bert - 92130 Issy-les-Moulineaux

01 41 90 88 93
06 47 48 76 91

snudi-fo92@orange.fr


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo