Rechercher sur le Site

EREA : le SNUDI FO a accompagné une délégation des PE en internat des EREA de Garches & Vaucresson en audience
Publié le 13 juin 2017

EREA : Compte-rendu de l’audience auprès de l’IA-DASEN adjointe au 2nd degré

A la disparition de leurs postes sur le cahier des postes SIAM au mouvement du 1er degré, les collègues Professeurs des écoles, exerçant sur des postes d’enseignant-éducateurs en internat dans les EREA se sont inquiétés et ont demandé des comptes à l’administration.

2 postes sont supprimés à Vaucresson ; 1 (en internat) et 1 (en externat) à Garches. Le SNUDI FO 92 s’est rendu à 2 reprises dans les EREA de Garches & Vaucresson afin d’aider les collègues à obtenir l’annulation de ces suppressions de postes.

Après la mise en ligne d’une pétition ayant recueilli déjà près de 600 signatures, une délégation composée de 2 collègues PE de l’EREA Jean Monnet (Garches), 2 collègues PE de l’EREA Toulouse-Lautrec (Vaucresson) et 2 déléguées du SNUDI FO 92 a été reçue jeudi 8 juin par Madame Tanzi, IA-DASEN adjointe et M. Bouhours, IEN ASH.

Les collègues ont eu la parole pendant 45 minutes, et ont fait part de leurs questions et interrogations.
• Ces fermetures de postes inquiètent les personnels, mais également les élèves et leur famille, comme en témoignent les 600 signatures sur les 2 pétitions contre la suppression des postes.

• Le remplacement des PE par des AED sur les postes vacants (c’est-à-dire non occupés par des personnels spécialisés) est incompréhensible, car ce sont des personnels précaires, non formés, dont le contrat ne peut être renouvelé que 6 fois. Il y a un grand « turn-over » de ces personnels, et donc aucune pérennisation.

• Les missions des PE ne pourront en aucun cas être déléguées aux AED. Remplacer des personnels qualifiés par des personnels précaires ne peut conduire qu’à une seule chose : la diminution de la qualité du suivi des jeunes. C’est un désengagement de l’Education nationale vis-à-vis de ces jeunes. « Pourquoi abîmer quelque chose et des gens qui fonctionnent ? Pourquoi un dispositif efficace risque de s’éteindre de façon programmée ? »

• Les EREA ne pourront pas fonctionner avec autant d’AED : pour le moment, à Garches il y a 1/3 de professeurs et 2/3 d’AED, cela fonctionne tant bien que mal, mais ce n’est pas possible de fonctionner avec davantage d’AED.

• La circulaire sur les EREA parue le 24 avril dernier mentionne bien le rôle pédagogue des personnels, il s’agit donc bien de professeurs. Elle précise que l’internat est « pédagogique ».

• L’an passé, il y a déjà eu 2 fermetures de postes à l’EREA Jean Monnet. L’EREA est déjà sinistré, et la même logique se poursuit cette année aggravant encore les conditions de travail et dégradant l’accueil et le suivi des jeunes.

• La circulaire du 24 avril précise un encadrement pédagogique et éducatif des internes d’un professeur pour 8 élèves. Or, actuellement, à Jean Monnet c’est plutôt 1 professeur pour 12 élèves et à Vaucresson, 1 professeur pour 18 !!

• Les PE non spécialisés occupent les postes de façon provisoire, qui sont indiqués comme « vacants » par l’administration. Ils n’ont pas la possibilité de passer la spécialisation tout en gardant leur poste à l’EREA, c’est pour cela qu’ils ne candidatent pas à la formation.

Monsieur Saccardi, proviseur de Jean Monnet, intervient pour préciser que le projet d’établissement fait la part belle et entière aux Professeurs des Ecoles, dont la présence est souhaitable dans l’établissement. Il explique que l’EREA ne peut pas fonctionner avec seulement des AED. Toutefois, il indique qu’il lui faudrait pour fonctionner 1 CPE ou des Professeurs des écoles. Il précise que la circulaire parue le 24 avril 2017 concerne la rentrée 2018…

Un collègue de Vaucresson répond qu’il y a plusieurs années, la présence d’un CPE à l’internat a été expérimentée. Or, le volume de travail (du lever au coucher des élèves) était tel qu’un personnel n’a pas tenu, et que cela s’est terminé de façon tragique.

Le SNUDI FO 92 est intervenu pour rappeler les revendications des personnels : l’annulation des fermetures de postes et le non-remplacement des PE par des AED sur les postes vacants.

Notre syndicat et sa fédération revendiquent l’abrogation de la Loi Montchamp de 2005 et réaffirment leur opposition à l’Ecole inclusive ; qui ne sont que des façades pour cacher les suppressions de postes dans les établissements spécialisés.

Nous précisons en outre que les postes dits vacants, sont bien occupés par des personnels parfois depuis 2009, certes non-spécialisés mais des professeurs des Ecoles tout de même. La décision de M. Wuillamier, ancien DASEN, de ne plus affecter de PE sur ses postes n’a été découverte que tardivement : ni les personnels des EREA ni les organisations syndicales n’ont été avertis. Ce tour de passe-passe et ce manque d’informations ont été très mal reçus par les collègues, et s’ajoutent à la sensation de mépris de la part de l’administration. Aux fermetures de postes officiellement décidées en CTSD du 2nd degré, s’ajoutent donc la disparition de 2 postes restés vacants à Jean Monnet : ce qui revient à 3 fermetures de postes en internat à l’EREA de Garches !
Nous demandons que ces postes restés vacants apparaissent dans la liste des postes vacants en ASH publiée pour un appel à candidatures entre le mouvement définitif et le mouvement provisoire des professeurs des Ecoles.

Madame Tanzi apporte quelques éléments de réponse, sur seulement 3 points, tout en précisant que Mme Fis, DASEN du 92, donnera son avis et ses décisions en instance. Elle affirme qu’il n’y a aucune velléité de fermeture des EREA, ce que M. Bouhours redira quelques instants plus tard. Et, elle affirme également l’estime et la reconnaissance du travail des personnels PE exerçant sur les missions d’enseignant-éducateur en internat : « On ne va pas fermer les EREA. », « Vous n’avez pas déméritez ».
La seule raison donnée vis-à-vis de ces suppressions de postes est le cadre donné par la circulaire, dont manifestement les personnels n’ont pas la même lecture, et la loi Montchamp de 2005.
Mme Tanzi regrette mais assume les problèmes de communication de la DSDEN. Elle propose l’accompagnement des établissements pour mettre en place la circulaire…

M. Bouhours nous confirme pour l’instant que les postes vacants des EREA sont gelés, et n’apparaissent plus sur les listes de postes vacants : « pour éviter que des personnels non-spécialisés y soient candidats »… Par rapport à la circulaire du 24-04, il précise que les missions des enseignants-éducateurs y sont « inscrites dans le marbre » et s’arrêtent à 19 heures. Ainsi, la présence des enseignants pendant les nuits ne peut être que dérogatoire.
Il affirme que tous les postes de PE éducateurs ne sont pas supprimés car « on a besoin de vous pour coordonner car les AED ne pourront pas. »

L’audience se termine donc sur peu de réponses, car comment justifier de fermer des postes dans des établissements qui fonctionnent ?

Pour le SNUDI FO, il est évident que c’est la même logique que la Loi Touraine sur les GHT (groupements hospitaliers de territoire), et que la loi Montchamp de 2005 : c’est une logique comptable de réduction des coûts au détriment du service public d’Education et de Santé.

cale




Contactez-nous

SNUDI-FO des Hauts-de-Seine
Maison des Syndicats - 14 rue Paul Bert - 92130 Issy-les-Moulineaux

01 41 90 88 93
06 47 48 76 91

snudi-fo92@orange.fr


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo