Rechercher sur le Site

Déclaration à la CAPD Permutations du 25 janvier 2016
Publié le 26 janvier 2016

M. le directeur académique,

L’an dernier, vous avez laissé partir 164 collègues, pour rappel en 2011, 238 étaient parvenus à sortir du département.

Comment justifiez-vous que 14 collègues demandent leur mutation avec 4 ans de séparation de conjoint ? 29 ont entre 3 ans et 3,5 ans de séparation ! 88 ont entre 2 ans et 2,5 ans de séparation !

Dans le contexte économique d’austérité où chaque jour des plans de licenciements sont annoncés devrait-on reprocher à ces collègues que leur conjoint ait trouvé un emploi en dehors des Hauts-de-Seine ?

Si le protocole d’accord PPCR, que Force Ouvrière a refusé de signer, est mis en œuvre, les fonctionnaires des trois fonctions publiques vont être contraints à la mobilité. Des enseignants de plus en plus en nombreux demanderont une mutation pour suivre leur conjoint fonctionnaire.

Sans parler des centaines de collègues, qui aimeraient « pour convenance personnelle » exercer ailleurs, et surtout vivre ailleurs qu’en région parisienne.

Le gel du point d’indice depuis 2007, la hausse des cotisations, ont entraîné en janvier 2016 une deuxième baisse de revenu pour l’ensemble des professeurs des Ecoles. D’ailleurs des centaines d’enseignants répondent à l’appel unitaire SNUDI FO-SNUIPP, CGT-SUD à la grève demain.

Quand en région parisienne, il faut compter au minimum 1000€ pour louer un appartement décent, mais étroit ; l’Indice de Résidence est toujours ridicule comparé aux difficultés de vivre ici.
Peut-on s’étonner que des collègues souhaitent changer d’air et vivre mieux ?

Le département des Hauts-de-Seine est devenu une véritable prison, qu’on ne peut plus quitter, même pour suivre son conjoint sans éviter le sacrifice de sa vie de famille et de son budget pendant 1, 2, 3, et même 4 ans !

L’austérité budgétaire exprimée par le Pacte de Responsabilité et ses 50 milliards d’économie empêchent la création des postes nécessaires. Pour résoudre le problème des mutations non satisfaites, il n’existe qu’une solution : le recrutement massif de fonctionnaires stagiaires, ce qui favoriserait une plus grande fluidité.

Le SNUDI-FO 92 considère que le droit à la mutation n’est pas respecté. Nous revendiquons le droit à la mutation pour tous.

Nous réaffirmons notre attachement au mouvement sur la base du barème de l’ancienneté dans le respect des priorités légales (handicap, rapprochement de conjoints…).

Notre syndicat continue de demander l’attribution des 800 points de bonification pour tout collègue ou son conjoint ayant une RQTH, ou dont l’enfant est gravement malade, sachant que la mutation « améliorera les conditions de vie de la personne handicapée ».

cale




Contactez-nous

SNUDI-FO des Hauts-de-Seine
Maison des Syndicats - 14 rue Paul Bert - 92130 Issy-les-Moulineaux

01 41 90 88 93
06 47 48 76 91

snudi-fo92@orange.fr


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo