Rechercher sur le Site

CAPD Avancement et MIN-ASH - Déclaration du SNUDI FO 92
Publié le 13 octobre 2015

Le 1er janvier 2015, la retenue pour pension est passée de 9,14 % à 9,54 % pour atteindre 11,1% d’ici 2020, en application des contre-réformes des retraites Sarkozy (2010) et Hollande (2013). Notre salaire net a donc baissé une deuxième fois, et aucun rattrapage de l’inflation n’est par ailleurs intervenu depuis 2010.

Aujourd’hui, le projet d’accord PPCR, que le Ministre de la Fonction Publique veut imposer malgré le rejet des organisations syndicales majoritaires, s’inscrit dans le pacte de responsabilité et ses 50 milliards d’économie.

Si certaines organisations syndicales comme l’UNSA, la FSU ou la CFDT présentent ce projet comme une avancée notable pour les agents, FO en a une tout autre lecture, ce qui a motivé son opposition.

Tout d’abord PPCR se place dans la continuité des rapports Silicani et Pécheur qui remettent en question les statuts particuliers, les carrières et les rémunérations. Toutes les propositions de revalorisation des salaires étalées de 2017 à 2020 sont gagées sur des budgets non encore votés, soumis à des échéances électorales politiques, qui n’offrent aucune garantie aux agents d’en voir les effets sur leur fiche de paie. A l’horizon 2020, une augmentation de 0,01% !

Pour FO, PPCR tourne le dos à nos principales revendications :
- il ne répond pas à la perte de salaire que les agents connaissent depuis 2000 ;
- il évacue la refonte globale de la grille indiciaire de la fonction publique ;
- il allonge la durée de carrière des agents qui autofinanceront leur « revalorisation » ;
- il favorise des échelons là où aucun agent ne sera jamais affecté ;
- il organise des pertes de salaire sur le long terme pour certains agents qui, s’ils bénéficieront dans un premier temps d’une légère revalorisation, gagneront moins sur le long terme.

Enfin le protocole fait de l’inter-ministérialité, de la fusion des corps et des cadres statutaires communs, donc de la remise en cause des statuts particuliers, un prérequis inacceptable. Alors que la réforme territoriale déclinée dans toutes les administrations de l’Etat impose mobilité et suppression de services.

Pour ce qui concerne la CAPD
Alors que notre profession se paupérise et que des PE, au bout de 10 ans de carrière, ne gagnent même pas 1800 euros par mois, FORCE OUVRIERE revendique une revalorisation immédiate de 8% de la valeur du point d’indice gelée depuis 2010, l’attribution uniforme de 50 points, et le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat depuis 2000 par rapport à l’inflation !

Pour ce qui concerne les promotions, qui sont la seule possibilité aujourd’hui pour un PE de pouvoir espérer une légère augmentation de son salaire, le SNUDI-FO réaffirme son exigence d’un avancement qui soit le même pour tous, sur la base de l’avancement le plus rapide, c’est-à-dire au grand choix afin que tous les PE puissent accéder au dernier échelon de la hors classe avant leur départ à la retraite.

Le SNUDI FO est intervenu plusieurs fois à propos des retards de transmission des rapports d’inspection. Ont-ils tous été transmis au service ? Sinon les enseignants seront en droit, et nous les y aideront , à formuler des recours.

Enfin, nous tenons à remercier les personnels administratifs pour le travail remarquable qu’ils ont effectué malgré des conditions de travail qui sont de plus en plus dégradées.

cale




Contactez-nous

SNUDI-FO des Hauts-de-Seine
Maison des Syndicats - 14 rue Paul Bert - 92130 Issy-les-Moulineaux

01 41 90 88 93
06 47 48 76 91

snudi-fo92@orange.fr


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo